Rapport d'Activité annuel 2017

Fuprodesh

Fondation Projets de Développement pour le Honduras

Rapport synthétique d’Activités de l’exercice 2017

 

Présenté par Carlos Bustillo : Coordinateur

 

I. Introduction.

 

Ce rapport présente les actions conduites par la fondation FUPRODESH dans ce qui constitue actuellement son unique projet : le Centre Nutritionnel et Educatif La Cuesta 2, situé dans le quartier du même nom, tout au long de l’année civile 2017. Le but de ces actions est de mettre en œuvre les activités et services nécessaires à l’obtention des objectifs que sa vocation lui assigne.

Cette année a été marquée d’emblée par la volonté de la fondation de faire le maximum pour que ce soient les familles bénéficiaires, et plus particulièrement les enfants et adolescents en situation d’exclusion sociale et frappés par les conséquences d’une malnutrition qui entraine chez eux une multitude de problèmes, qui en tirent véritablement profit, et puis, indirectement, l’ensemble de la communauté.

Il faut souligner l’importance vitale de l’unité de Parrainage qui coordonne en France les personnes et associations qui financent le fonctionnement de ce projet, et permet par là-même de maintenir le lien affectif avec les familles, les adolescents et les enfants bénéficiaires.

L’action menée par la fondation s’organise en domaines d’activités, selon un découpage qui structure la présentation de ce rapport.

 

II. Bénéficiaires

 

Au début de 2017, le nombre des enfants de moins de 13 ans était de 37 auxquels s’ajoutaient 7 adolescents, ce qui représentait en tout 21 familles bénéficiaires directes des services apportés par le projet.

Sur ces 44 enfants / adolescents, il y avait 27 filles (61%) et 17 garçons (39 %).

Au moment de la rentrée scolaire, qui a lieu début février, l’effectif des enfants a été réajusté au chiffre normal de 40 enfants, le centre comptait aussi 8 collégiens ou lycéens qui, en contrepartie des aides qui leurs sont apportées, au plan éducatif, jouent, pendant la demi-journée où ils ne sont pas dans leurs établissements scolaires, le rôle de tuteurs bénévoles auprès de ceux des plus jeunes qui ont des difficultés dans leur vie scolaire.

Cette population est restée stable jusqu’en mai-juin, où nous avons eu à déplorer 8 départs, dont le détail est fourni dans les tableaux annexés. Ces départs ont résulté de la décision des mamans et seront commentés plus loin. De la sorte, l’effectif à partir de cette date s’est réduit, malgré l’intégration de quelques jeunes enfants, avec, en fin d’année, 41 bénéficiaires, adolescents compris et toujours 60 % de filles et 40 % de garçons.

Au niveau des familles concernées elles étaient 19 en début d’année (dont 17 mamans en situation de chef de famille), et étaient 22 en fin d’année (dont 20 mamans en situation de chef de famille.

 

III. Les Activités.

 

  1. Dimension Communautaire

Dans le domaine de la participation communautaire, Nous avons connu une sensible amélioration et la montée en autonomie des familles bénéficiaires.

  1. Réalisation de 12 assemblées ordinaires et de 3 réunions extraordinaires avec les pères et mères de familles concernés.
  2. 8 réunions de travail avec le bureau de la fondation, conformément au programme prévu.
  3. Discussions sur le règlement intérieur et son respect, et ajustements en conséquence.
  4. Réactivation de deux commissions : celle de la santé et celle de l’éducation.
  5. Propositions d’admission de familles et d’enfants au sein du programme.
  6. Réalisation de 8 visites, avec le bureau du projet, chez les familles désireuses d’intégrer le projet, pour connaissance de leurs conditions de vie.
  7. Participation de la commission santé à l’organisation des visites médicales.
  8. Suivi, par la commission de l’éducation, de la mise en place de huit micro jardins dans les familles
  9. Réalisation d’une journée mensuelle de nettoyage général des installations du centre, avec la participation de tous, enfants, adolescents et parents.
  10. Analyse du fonctionnement des différentes activités du centre et recherche de solutions quand des problèmes sont détectés.
  11. Participation active aux activités de formation données cette année, et implication à l’occasion des manifestations particulières comme la fête des mères, la journée de l’enfant, la cérémonie de fin d’année du programme d’éveil précoce, la célébration de Noël.
  12. Suivi et soutien au plein accomplissement du calendrier de participation des mamans dans la confection des repas pour les enfants, dans le respect des normes d’hygiène et des menus élaborés pour lutter contre la malnutrition. Dans ce domaine nous constatons un grand succès, car les mamans de montrent très impliquées dans leur participation.

 

  1. Alimentation.

L’aspect nutritionnel est essentiel dans la vie humaine. Au Honduras, 67 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et 44% en situation de pauvreté extrême, c’est-à-dire survivent avec moins d’un dollar par jour (25 € par mois), avec de graves effets sur la qualité et la quantité de leur alimentation. Et la population du quartier de La Cuesta en fait partie. C’est la raison pour laquelle la fondation fait tout son possible pour fournir un repas de midi nutritif et équilibré qui permette aux enfants de poursuivre leurs études.

  1. Nous avons fourni des repas de qualité du lundi au vendredi[1] aux bénéficiaires et à l’équipe de mamans et d’encadrement du centre.
  2. Nous avons conçu des menus nutritifs et équilibrés (protéines, fruits et légumes, minéraux et vitamines, avec calcul de leur prix de revient.
  3. Nous passons chaque semaine une commande au fournisseur.
  4. La réception des marchandises est assurée, à tour de rôle par les membres de la commission concernée, et vérifient leur quantité et leur qualité.
  5. Préparation, cuisson et distribution des aliments par un groupe de mamans organisées à cet effet, en tenant compte de l’âge et de la ration prévue pour chaque enfant.
  6. Encadrement et surveillance jour après jour de la façon dont les mamans réalisent leurs tâches en cuisine.
  7. Sensibilisation permanente des mamans et des enfants à propos des avantages d’une alimentation saine et équilibrée.
  8. Nous avons complémenté les menus en protéines avec différents produits à base de soja, comme des steaks ou du chorizo de soja et des boissons à base de lait de soja.
  9. Nous avons créé des galettes de maïs améliorées en y incorporant de la betterave, des carottes, des feuilles de moutarde, et renforcé chez les enfants cette excellente habitude.

Note : à propos de ce domaine de l’alimentation, il est nécessaire de préciser que pour nombre des enfants, c’est la seule nourriture de qualité à laquelle ils ont accès de toute la journée.

 

  1. Education.

Le domaine de l’éducation est celui dans lequel s’établit le lien le plus fort entre les enfants et les familles bénéficiaires et le projet. En effet c’est souvent par là que s’établit ou se stabilise la relation avec les participants, puisque tous les enfants en âge scolaire doivent être inscrits dans les programmes éducatifs correspondants à leur âge : pré-scolaire (jardin d’enfants), primaire ou secondaire, et c’est une condition que nous imposons aux familles pour bénéficier des services du centre. Les enfants des deux sexes et les adolescents vont dans les établissements d’enseignement du quartier ou des environs. Les enfants de moins de 4 ans participent au centre à un programme d’éveil précoce, et le moment du transfert de l’enfant au jardin d’enfants est décidé d’un commun accord avec sa direction

Activités :

  1. 100% des enfants en âge scolaire ont été inscrits dans un établissement d’enseignement, de même que les élèves du secondaire, soit 48 bénéficiaires, avec la répartition suivante :
  • 7 en programme d’éveil précoce au sein du centre La Cuesta 2
  • 6 au jardín d’enfants
  • 2 en primaire 1° année
  • 3 en primaire 2° année
  • 9 en primaire 3° année
  • 4 en primaire 4° année
  • 5 en primaire 5° année
  • 5 en primaire 6° année
  • 7 adolescents dans l’enseignement secondaire
  1. Fourniture d’une bourse scolaire en début d’année à chacun des bénéficiaires pour soulager les familles d’une partie des coûts de la rentrée scolaire.
  2. Dotation des enfants en fournitures scolaires et équipements annexes permettant à chacun des enfants de développer leurs activités dans de bonnes conditions.
  3. Aides financières ponctuelles à quelques enfants pour permettre aux parents de payer les frais[2] de surveillance de l’école, d’uniformes, de démarches dans les collèges.
  4. Nous avons fourni aux élèves du secondaire une aide aux devoirs et une petite aide financière pour leurs frais de photocopies, d’impression, de fournitures et de transport.
  5. Nous avons effectué 20 visites au jardin d’enfants et à l’école Bonifacio Reyes pour le suivi de la scolarité de chaque enfant et renforcer le lien entre les professeurs et le Centre, en nous attachant particulièrement aux résultats, à l’implication et à la conduite de chacun des enfants.
  6. Nous avons de même réalisé 5 visites à l’Institut Hibueras, 2 à l’Institut de La Cuesta et 2 à l’INFOP (collège technique) pour permettre la prise des inscriptions et assurer le suivi de la scolarité de nos jeunes du secondaire.
  7. Nous avons tenu 14 réunions avec les jeunes tuteurs volontaires, pour stimuler leur intérêt pour le volontariat, les aider dans leur travail scolaire et surveiller le déroulement de leur année scolaire et les motiver à garder de bonnes relations avec les autres enfants du Centre.
  8. Nous avons fourni aux tuteurs le déjeuner les jours où ils travaillent au centre et une aide pour les défrayer d’une partie de leurs coûts de fournitures et de transport.
  9. Pendant toute l’année scolaire (février à novembre) nous avons fourni un appui éducatif et scolaire à tous les enfants en cours de scolarité et pour ceux du secondaire, nous leur avons fourni l’accès à l’ordinateur leur permettant d’effectuer les recherches nécessaires pour faire leurs devoirs. Nous avons aussi aidé avec la mise à disposition de fournitures éducatives leur permettant de faire face à leurs obligations scolaires.
  10. Les jeunes tuteurs ont travaillé de plus en plus intensément avec les jeunes dont ils s’occupent, et accru leurs capacité de les piloter, et simultanément, nous avons commencé à préparer les plus grands du primaire à ce type d’activité de tutorat, ce qui permet de développer le sens de la solidarité entre les familles du Centre Nutritionnel.
  11. Nous avons aussi fourni du soutien à quelques enfants de l’école qui nous étaient envoyés par les enseignants dans cet objectif.
  12. Nous avons motivé les enfants à participer à toutes les activités ludiques menées dans le centre.
  13. 7 enfants du Centre ont bénéficié du programme d’éveil précoce, auxquels se sont adjoint 2 enfants que des familles non bénéficiaires du centre nous ont envoyés car elles les sentaient en difficulté. Le programme s’est déroulé et les objectifs visés ont été atteints comme l’a montré la fête de clôture au mois de novembre 2017. Le programme visait la motricité globale et la motricité fine, domaines dans lesquels les progrès ont été remarquables, et les enfants qui vont changer de cadre (5 entrent au jardin d’enfants l’année prochaine) sont parfaitement préparés à faire face à leur futures activités.
  14. Tous les enfants et adolescents, de quelque niveau que ce soit, ont réussi leur année et passeront au niveau supérieur l’année prochaine.

 

4. Santé

L’année 2016 s’était terminée sans que nous puissions trouver de solution de remplacement suite à la démission de la doctoresse en charge du suivi des enfants. Dès le début de 2017 nous avons repris la recherche d’une solution plus globale et plus économique capable d’assurer le suivi de l’ensemble des bénéficiaires.

Avec l’aide de membres du bureau de FUPRODESH (Carlos Rodezno et Isidora Velásquez) Nous avons repris nos recherches d’une telle solution, et nous avons rendu visite à plusieurs centres de santé du secteur. Elles ont débouché sur un accord avec le centre de santé du Carrizal, qui nous a fait la meilleure proposition :

  • Analyses de laboratoires (analyse de sang, des urines et des matières fécales) pour tous les enfants et les jeunes tuteurs, et pour quelques autres cas qui le nécessiteraient.
  • Visite médicale mensuelle des enfants de moins de 6 ans, et trimestrielle pour les autres
  • La première visite médicale a eu lieu le 20 mars a concerné 41 enfants du centre et a été accompagné d’analyses de laboratoire. Elle a été un grand succès dans la mesure ou un parent (mère ou père) de chaque famille y a participé
  • Les examens ont montré que tous les enfants souffraient de parasitoses intestinales
  • La majorité des enfants ont été adressés à un dentiste, et dans certains cas des examens complémentaires ont été ordonnés (glycémie). Nous avons établi avec les médecins du centre de santé un protocole de suivi de chaque cas particulier, et l’attention des parents a été demandée concernant la surveillance de l’état de santé de leurs enfants.
  • Il y a eu également quelques envois vers un psychologue ou une assistante sociale du Centre de Santé avec accord sur le suivi nécessaire par les parents et l’entourage de l’enfant.
  • Ces interventions et celles des dentistes ont eu lieu au mois d’avril.
  • Je me suis rendu 5 fois au cours de l’année au Centre de Santé pour faire le point sur la situation de santé de chaque enfant et bien comprendre le mode de fonctionnement du Centre de Santé.
  • Tous les enfants du programme ont été vus par les dentistes qui leur ont appliqué des traitements au fluor, ont procédé à des extractions de dents et à l’obturation de caries.
  • Toutes les mamans de plus de 30 ans ont bénéficié d’un examen gratuit de détections du papilloma-virus.
  • Les coûts sur lesquels nous nous sommes mis d’accord sont modérés et bien moindre que ceux des cliniques privées. Nous sommes enchantés de cette solution.

 

IV. Divers

Le bon fonctionnement du projet nécessite aussi des activités diverses, dont nous voulons souligner quelques aspects:

  1. Elaboration du Budget et du plan d’actions annuel entre Isidora Velásquez, Dulce Villanueva, Lourdes Pineda, Carlós Bustillo et Philippe Hardouin.
  2. Comptabilité tenue vers le 10 de chaque mois pour le mois précédent.
  3. Rédaction des rapports d’activité mensuels et annuels.
  4. Rapport sur l’évolution de la situation de chaque famille et rapport sur la scolarité de chaque enfant
  5. Suivi de quelques familles en matière d'abus ou de mauvais traitements des enfants
  6. Tenue de réunions de conciliation entre quelques mamans et des membres de la famille Reyes
  7. Recherches, avec les membres du bureau de FUPRODESH, d’un terrain d’assiette en vue de réimplantation du centre.
  8. Intervention pédagogique du coordinateur du centre et de membres du bureau de FUPRODESH au sein de l’Ecole Bonifacio Reyes, pour la formation des enseignants en vue d’améliorer la qualité de l’éducation et sur le thème de la violence domestique.
  9. Supervision et accompagnement de quelques familles, et participation à la résolution de conflits par des membres du bureau de FUPRODESH
  10. Appui particulier à des familles en situation d’extrême pauvreté (fourniture d’aliments à ces familles).
  11. Organisation de dons de jouets pour la fête de l’enfant et pour celle de Noël par des volontaires honduriens extérieurs à la communauté
  12. Réalisation d’une vidéo institutionnelle et promotionnelle par les volontaires déjà donateurs de jouets (voir point précédent).Un grand merci à Adonay Bustillo de la part du bureau de FUPRODESH, des enfants et des familles pour cette belle action.

 

V. Réussites

Nous Nous réjouissons que 2017 ait connu des succès importants :

  1. Le nombre des repas distribués a été de 13 217.
  2. Il s’est établit une relation remarquable avec les institutions scolaires de la communauté comme du centre ville. Elle permet de coordonner plus efficacement l’appui aux jeunes de notre communauté
  3. Le soutien des organisations françaises qui assurent par leur financement le déroulement de toutes les activités prévues.
  4. Le rôle renforcé du bureau de FUPRODESH (Isidora Velásquez, Dulce Villanueva, Rachel Cruz, Aracely Espinal, Carlos Rodezno, Lourdes Pineda) qui nous permet d’apporter les services du centre à toutes les familles bénéficiaires.
  5. La présence continue des jeunes pendant la demi-journée où ils n’ont pas classe, qui diminue les risques de l’oisiveté dans la rue.
  6. L’implication permanente des mamans dans leur fonctions à la cuisine, qui a permis que les repas soient de qualité et toujours servis à l’heure.
  7. L’accord passé avec le Centre de Santé du Carrizal qui a permis de faire un bilan initial et d’assurer un suivi de l’état de santé de chacun des enfants
  8. La gestion de l’aide financière apportée par des personnes solidaires pour aider à l’organisation des fêtes de l’enfant et de Noël permet d’améliorer la sensibilisation de personnes de l’entourage du centre.

 

VI. Difficultés rencontrées

Tout processus se heurte aussi à des difficultés, et le centre n’en n’a pas été exempt, comme par exemple :

  1. Bien que les choses se soient passées de façon normale au plan de l’exploitation de l’espace, à plusieurs reprises la famille Reyes (propriétaire des locaux) a manifesté son désagrément devant la présence, jugée débordante, des enfants et même des mamans.
  2. Cela a conduit à une confrontation entre cette famille et quelques mères des enfants bénéficiaires de ce projet, situation qui n’a pu être maîtrisée et qui est à l’origine du départ de 6 enfants et de 3 familles alors qu’elles avaient grand besoin de ce projet.
  3. Nous n’avons pas réussi à pérenniser la mise en place chez les familles de jardins potagers, en dépit d’implantations de démonstration dans diverses familles, et la raison qu’en donnent les familles est la mauvaise qualité de la terre et le manque d’eau.
  4. Au sujet de l’aide que nous fournissons à tous les jeunes dans le domaine éducatif, et bien que nous ayons essayé de répondre à toutes les demandes, nous sommes limités par le fait que nous ne disposons que d’un seul ordinateur portable, et souvent il nous a fallu, de retour chez nous, leur préparer depuis nos propres maisons les éléments leur permettant de faire leurs devoirs.

 

VII. Suggestions

On peut envisager un certain nombre d’actions qui permettraient de résoudre ponctuellement ces difficultés :

  1. Poursuivre la recherche d’un terrain où l’on puisse faire une construction, éventuellement avec emploi de techniques locales traditionnelles, comme le torchis, permettant de créer les espaces nécessaires à l’accueil des enfants.
  2. Récupérer ou acheter un ordinateur de bureau pour mieux répondre aux besoins des étudiants fréquentant le Centre Nutritionnel.
  3. Réactiver la stratégie d’installation des jardins et rendre chaque participant, les enfants comme les adultes, conscient de l’intérêt qu’ils revêtent pour chacun d’eux et pour le centre.

 

ANNEXE 2017 : EFFECTIFS BENEFICIAIRES

 

[1] NdT Lorsque l’effectif est complet, le centre prépare 55 repas par jour. La quantité est en définitive répartie entre les présents, car il arrive que certains enfants ne viennent pas, pour des raisons diverses. Le centre a servi 13 217 repas, contre 13 805 prévus au budget.

[2] NdT Devant la carence de l’état, les établissements scolaires sont amenés à demander aux parents le règlement de dépenses multiples comme le gardiennage, le nettoyage, le papier toilette, et même le paiement des corrections ! Et en cas de non paiement l’enfant se voit interdire d’accès à l’école.

Listing anfants 26 jan 18

Ajouter un commentaire